Sélectionner une page

L'expertise après incendie

Suite à un incendie, l'expertise des dommages doit être considéré en termes stratégiques. Cet article vous explique pourquoi.
expertise de dégâts suite à un incendie

Incendie, l’aspect humain

Suite à un incendie, le sinistré est généralement sous le coup d’une émotion majeure. La perspective est forcément subjective et affective. La priorité est la vie, car le spectre de la mort passe à deux doigts des occupants d’un immeuble victime des flammes.

Des démarches importantes

Cependant, malgré les bienfaits du temps, certains décisions doivent être prises sans tarder. Le sinistré est assuré, certaines démarches doivent être entreprises au plus tôt.

Déclarer le sinistre à l’assurance

La première démarche à effectuer consiste à appeler son courtier d’assurance ou sa compagnie d’assurance en direct pour déclarer la survenance du sinistre. Il s’agit d’une obligation contractuelle.

Une fois le sinistre déclaré, un expert va être désigné par la compagnie d’assurance pour effectuer les constations d’usage. Donc en soi

  • quelle est l’origine du feu ?
  • reste-t-il quelque chose à préserver ?
  • le sinistré doit-il être relogé ?
  • quel est le degré d’importance du sinistre ?
  • le contrat couvre-t-il parfaitement le bâtiment et son contenu ? (attention à la sous-assurance)

L’expert représente les intérêts de l’assurance. Donc évitez de lui transmettre trop d’informations. Surtout des chiffres.

Quand faire appel à un contre expert ?

En général le plus tôt est le mieux.

La police d’assurance habitation prévoit l’intervention d’un expert dès l’occurrence d’un sinistre. La loi prévoit également le droit de l’assuré sinistré de faire appel à son propre expert afin de représenter et défendre ses intérêts.

En pratique, nous conseillons d’initier une contre expertise incendie dès que possible. Il s’agit d’une position stratégique. Il en va de la sécurité financière de votre ménage.

La contre expertise

Contrairement à ce que l’on imagine, il est préférable d’anticiper l’expertise. Pour autant que les dommages soient importants, un contre expert est un précieux allié.

Qu’est-ce qu’un contre expert ?

Un contre expert est la contrepartie de l’expert mandaté par la compagnie d’assurance : il représente les intérêts de l’assuré. C’est à lui qu’il appartient d’établir les dommages. Donc il chiffre la réclamation. Il est la pierre angulaire d’une expertise de qualité.

Car contrairement à l’idée reçue, le contre expert ne va pas à l’encontre des chiffres de l’expert de compagnie : c’est lui qui chiffre et réclame. L’expert de compagnie, lui, reçoit et contrôle les reventications. Son rôle est passif.

Si le contre expert est efficace, celui-ci anticipe les réactions de l’expert de compagnie et apporte les solutions qui optimisent les indemnités.

Qui paie le contre expert ?

La réponse varie d’une compagnie d’assurance à l’autre, mais en règle générale les honoraires du contre expert sont largement couverts par la valeur ajoutée qu’il apporte de par son intervention.

Les protection juridique étendues couvrent les honoraires d’un contre expert à 100%.

Les conditions générales, qui sont parties intégrante des polices I.A.R.D. prennent en charge les honoraires du contre expert selon un barème qui varie d’une compagnie à l’autre.

Enfin, certaines compagnies d’assurance « low cost » excluent toute intervention à ce sujet. La politique après sinistre de ce type de compagnies en fait toutefois paradoxalement les cas les plus criants où le contre expert compétent a toute sa place.

dommages incendie au contenu et à la structure d'une maison
elit. Aliquam ut mattis elit. elementum dolor. leo. venenatis ultricies et, venenatis,
Share This